+44 (0)7753 615904

©2017 by Landscape Conservation

Dja

Site du patrimoine mondial

le paysage

English version here

​Située à seulement six heures de la capitale Yaoundé par route, la réserve de biosphère du Dja est une vitrine pour la faune du Cameroun. C'est aussi une situation classique où les besoins des personnes, en particulier les pauvres des zones rurales, doivent être soutenus de manière à ce que le paysage puisse être préservé  pour les générations futures.

La pression sur le paysage est considérable, en raison de sa proximité avec la capitale, mais aussi parce qu'elle est située entre les principales routes vers le nord, ainsi que le nouveau axe routier en cours de finalisation entre Yaoundé et Brazzaville.

les populations

Il y a une grande diversité de personnes vivant dans et autour des forêts du Cameroun. Les tribus comme les Baka vivent encore dans le mode de vie semi-nomade comme ils l'ont fait depuis des milliers d'années. Les Baka sont connus depuis des siècles comme des «pygmées» parce généralement ils sont morphologiquement plus petits que les autres humains de la région, mais leurs compétences en tant que trafiquants et chasseurs sont également bien connues et très appréciées. La «musique aquatique» des Baka est un des aspects de leur  riche diversité culturelle. Ils vivent avec les Bulu au sud et à l'ouest, Badjoué au Nord et Nzimé à l'Est.

la vie sauvage

Le feuillage de l'écosystème du bassin du Congo doit être vu avant d’y croire. Des imposants et majestueux arbres de Moabi à une pléthore d'autres arbres, arbustes et plantes à fleurs, ces forêts du Dja sont l'un des plus grands sites de la terre.

Alors que la plupart des nutriments sont trouvés «enfermés» dans les arbres et les arbustes, il existe de nombreuses espèces animales qui ont réussi à trouver de riches niches écologiques dans lesquelles vivre. Les espèces emblématiques telles que l'éléphant de forêt, les gorilles des plaines occidentales et les chimpanzés d'Afrique centrale se retrouvent dans la réserve de  biosphère du Dja, avec plusieurs autres animaux de haut niveau tels que les pangolins géants, les crocodiles nains, les perroquets gris africains et les guenons forestières dont le nombre est encore  relativement élevé.

Le défi de développer des «pratiques durables» pour les personnes vivant dans et autour de la Réserve de Biosphère du Dja a été le but des organisations gouvernementales et non gouvernementales depuis plusieurs années. Le «commerce illégal de la viande de brousse » a attiré l'attention internationale à la fin des années 1990, et cette attention s’est focalisée sur la perte potentielle de plusieurs espèces emblématiques si la situation devait rester inchangée. Plus récemment, tout en reconnaissant la nécessité de protéger les espèces menacées d'extinction, la menace croissante de perte de sécurité alimentaire pour les communautés rurales a créé un pont entre les conservateurs de la faune et les agences de développement humain. Dans un projet conjoint, financé dans le cadre de l'Initiative Darwin, plusieurs organisations se sont associées dans un effort ciblé pour établir de nouveaux paradigmes de développement pour les ruraux pauvres, sans qu'ils aient à compter sur la chasse illégale qui les laissera encore plus appauvris si aucune réponse n’est apportée.

Lire plus ici