Ne l'oublions pas.

 

Alors que le monde cherche un moyen de gérer, n'oublions pas comment nous en sommes arrivés là et que beaucoup d'entre nous travaillent encore pour essayer de comprendre pourquoi le problème a même eu lieu.

Nous savons que dans la chasse et la consommation non régulées, non contrôlées et illégales de viande de brousse, il existe un risque de transmission de maladie entre le réservoir d’origine et les humains. Des études scientifiques récentes suggèrent que la pandémie actuelle de coronavirus chez l'homme est née du « morphing » du virus chez des hôtes animaux intermédiaires, les pangolins (famille des Manidae) étant un candidat probable. La viande et les écailles de pangolin sont largement commercialisées dans le monde. En Chine, les écailles de pangolins sont utilisées en médecine traditionnelle. Inutile de dire que les écailles de pangolins se sont révélées n'avoir absolument aucun avantage médical pour les humains (à moins que vous ne pensiez que manger vos ongles peut avoir des avantages médicaux - les écailles de pangolin sont faites des mêmes constituants).

Ce ne sont pas seulement les coronavirus qui peuvent se transmettre de l’animal à l’homme. L'Institut du SIDA souligne que:

« Les scientifiques ont identifié un type de chimpanzé en Afrique de l'Ouest comme source d'infection à VIH chez l'homme. Ils croient que la version chimpanzé du virus de l'immunodéficience (appelé virus de l'immunodéficience simienne ou VIS) a très probablement été transmise aux humains et mutée en VIH lorsque les humains ont chassé ces chimpanzés pour leur viande et sont entrés en contact avec leur sang infecté ».

https://www.theaidsinstitute.org/education/aids-101/where-did-hiv-come-0

De nombreuses personnes vivant dans des zones rurales reculées et qui chassent les animaux sauvage pour leur viande afin de se nourrir savent qu'il y a un risque personnel à le faire et que c'est souvent illégal. Mais comme nous l'avons vu dans plusieurs cas récents très médiatisés, ce ne sont pas seulement les populations locales qui sont en danger, mais l'Homo sapiens en tant qu'espèce est en danger.

Cette semaine, notre équipe au Cameroun s'est rendue dans des communautés forestières reculées dans le cadre de notre projet visant à soutenir le passage du commerce et la consommation de viande sauvage à d'autres formes de commerce et d’alimentation durables et moins risquées, telles que la culture du cacao et la pêche durable.

Jeudi de cette semaine, des habitants ont rapporté avoir vu un groupe de chasseurs quitter la forêt avec des sacs lourds. Les gardes-chasse locaux ont suivi les braconniers, les ont capturés et arrêtés. À l'intérieur du sac, ils ont trouvé les gigots de viandes de chimpanzé fraîchement abattu, ainsi que d'autres types de mammifères.

 

L’équipe progresse dans le soutien des alternatives et l’introduction de personnes dans des «systèmes d’alerte rapide» qui peuvent aider à signaler des activités illégales à haut risque pour la santé telles que l’abattage et le découpage de grands singes pour la consommation humaine. Le massacre est toujours en cours et, par conséquent, les risques existent toujours. Pour nous tous.

Please reload

Recent Posts

May 20, 2020

May 20, 2020

Please reload

Archive

Please reload

Tags

Please reload

+44 (0)7753 615904

©2017 by Landscape Conservation